• C’est l’histoire de M. X, qui t’appelle une fin d’aprem chez toi, alors que tu as les mains dans ta pâte à modeler, « Monsieur Clément » en fond sonore, pas d’enfant dans un proche périmètre, bref, un rare instant de grâce dont tu profites jalousement. Béatement.

     

    Et donc M. X t’appelle, « en tant que partenaire d’EDF pour t’informer blablabla ». Là t’as le cerveau qui a déjà lâché parce que tu te demandes si un peu plus de rouge ne serait pas nécessaire dans ta pâte à modeler grise pour obtenir la nuance que tu veux. « blabla… et donc nous contactons les propriétaires de maison individuelle, c’est bien votre cas n’est-ce pas ? »

     

    Bon là, je ne connais pas votre politique à vous sur le sujet mais pour moi le démarchage téléphonique est traité très simplement : soit je suis dispo, de bonne humeur et je pense à mon pauvre interlocuteur qui est payé sur son taux de retour et je réponds, soit ca ne tombe pas au bon moment/humeur/ambiance (cochez la mention inutile) et là je dis poliment que je ne suis pas intéressée par les démarchages téléphoniques et que je ne vais donc pas donner suite à votre appel, aurevoir monsieur/madame (oui, je fais l’effort d’identifier pour être vraiment polie, c’est ti pas gentil ca ?.). Seconde solution aujourd’hui, eu égard à la béatitude…

     

    Et là M X s’accroche classiquement, fiche n°3XAB –client récalcitrant  « je comprends madame mais ce n’est pas du démarchage je vous appelle pour vous informer sur blabla… »

    Avant de raccrocher je lui répète que « non merci, je ne veux pas donner suite à votre appel, au revoir ». Clac.

    Point final.

     

    Il va vraiment falloir rajouter du rouge, là c’est il est trop terne ce gris…

    Dring…

    Comment ca « dring »….. ? Un coup d’œil… Pas possible… le même numéro s’affiche…

     

    Je décroche…

    «  Rebonjour, c’est monsieur X, je vous rappelle pour vous informer… »

    Je n’ai toujours pas rajouté ma pâte à modeler rouge... et ca m’agace. Le brave M. X en bénéficie en ligne directe « Je viens de vous dire que je ne voulais pas donner suite à votre appel, je vous remercie de ne pas me rappeler et de m’effacer de votre fichier d’appel. » Clac. Le au-revoir est une option au second appel, je ne prends pas l’option.

     

    Du rouge je disais… Je commence à mélanger… Il se passe donc bien 40 s…

     

    Dring… Là, vous le voyez venir mais moi j’ai eu du mal à y croire…

     

    Je décroche avec un direct « C’est une blague j’espère ?»….

    M. X. démarcheur téléphonique depuis 17ans a sorti la fiche n°3XAW -comment accrocher le client imbuvable ?  :

    « Non madame ce n’est pas une blague, c’est pour une information, on ne vous veut pas de mal »…

    Ca ne s’invente pas, ce sont des mots qui rebondissent sur tes tympans tellement t’y crois pas…

    En plus le rouge et le gris sont en stand by…  Je passe de l’agacement binaire à l’agacement justifié «  Ecoutez monsieur, je vous ai demandé de ne plus m’appeler »… 

    Lecteur, ouvre bien les yeux, le meilleur arrive …

    « Madame, veuillez vous calmer… »

    Si. J’t’jure…. Bon moi, il faut le reconnaitre je suis d’un caractère joueur. Et mesquin. Surtout mesquin.

    « Monsieur, veuillez ne plus me rappeler ». Clac

    Non mais.

    Tout de même.

    Faut pas déconner, c’est qui qui décide ici ?

     

    Dring….

    Dring…

    … Apparemment c’est pas moi. Bon j’ai bien compris qu’il rappellera… Je n’ai aucune idée de comment couper la sonnerie de mon téléphone et j’ai de toute façon autre chose à faire – comme mélanger de la pâte à modeler par exemple, tu l’auras compris-. Alors comment je m’en débarrasse ? (le souvenir de p’ti bonhomme immergeant le téléphone dans l’arrosoir plein d’eau refait surface…).

     

    Une idée…! Essayons….

    Je décroche.

    Si, je décroche. Il jubile, je suis sûre qu’il jubile…

    Je mets le haut-parleur (ya pas de raison que j’en profite pas) et…. je pose le téléphone.

    Je mélange ma pâte…

    «  Madame, madame Y. vous m’entendez ? Madame…  Madame ? Si vous le souhaitez je ne vous rappelle plus ensuite… Madame ? » Tut, tut, tut.  Je jubile.

    La pâte est de la bonne couleur. Il y a des victoires qu’on savoure plus que d’autres.

    Non mais !

    Tout de même.

    Faut pas déconner, c’est qui qui décide ici ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique