•  

    C’est le jour bof, celui où des bricoles t’ont mise plutôt de mauvaise humeur, rien de grave, juste un agacement superficiel qui recouvre tout. Alors tu décides de te changer un peu les idées et dans ta pause du midi tu vas faire une petite course dans la galerie du Leclerc du coin, le même que celui du dernier billet. Tu retires les sous que tu n’as pas retiré lundi, tu fais ta petite course à la pharmacie et tu entres dans le bureau de tabac pour t’acheter un ou deux magazines, pour te changer les idées.

    « Bonjour madame » te dit le vieux monsieur qui tient la boutique

    « Bonjour monsieur » lui réponds-tu en t’acheminant vers les étalages de magazines féminins.

    4 minutes et 3 magazines plus tard tu pointes ton nez à la caisse.

    « Bonjour madame »…

    Temps d’arrêt…

    « Euh… rebonjour »

    « Comment allez vous madame ? »

    « Euh… bien merci ».

    Là tu te dis que c’est bizarre tout de même c’est la première fois que tu viens là, le monsieur tu ne le connais pas, tu ne l’as jamais croisé ailleurs et à forciori jamais adressé la parole. Mais il te demande comment tu vas. Comme à tous ses clients sans doute mais tout de même ca t’interpelle et tu te sens obligée de poursuivre un peu la conversation…

    « Pourvu que ca dure »

    « et oui, c’est le plus important. Bon alors, vos magazines…. »

    Et le monsieur te sort la plus vieille calculette que tu ais vue dans ces 10 dernières années, avec les grosses touches carrées, le rouleau de papier blanc…

    « L’ordinateur nous a lâché hier, alors on revient aux vieilles méthodes ».

    Ah bon… Tu es rassurée. Parce que là honnêtement il galère le monsieur. Il n’arrive pas à lire les prix, même avec ses lunettes et tu te dis que le scanner et le code barre ont du bon. Il pianote avec difficulté sur son antiquité quand tu te dis que 1,9+1,9+1 ca va aller plus vite à le faire « de tête » qu’à attendre le résultat sur le petit bout de papier. Crrcrr Crrrcrr  4,8 euros.

    Tu sors ton billet de 10 et jette un œil voir si les 0,8 ne trainent pas coté monnaie

    « Ah attendez monsieur j’ai de la monnaie »

    « Ah non c’est bien comme ca »  dit-il en prenant le billet.

    Je sors mes pièces…

    « Ah vous avez de la monnaie, je préfère »

    Je lui donne 5, il me rend 20 centimes, en observant bien la tranche, significativement distinctive, de la pièce de 20 centimes

    « C’est vraiment parfait, merci madame »

    « Merci… bonne journée »

     

    Et tu sors de là avec le sourire, tu sais pas trop bien pourquoi, pour le vieux monsieur qui s’en fout des conventions et fait la conversation à une parfaite inconnue, pour la vieille calculette qui te rappelle celle de la maison de ton enfance, pour la pièce de 20 centimes qui est quand même bien faite pour qu’on ne la confonde pas avec ses sœurs de 10 ou de 50 centimes.

     

    T’as pas encore lu tes magazines. Mais le vieux monsieur t’a donné le sourire….


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique